Voilà bientôt deux ans que je n’ai pas pris mon clavier pour clavarder avec vous. Pourquoi ? Manque de temps, manque de confiance, l’impression de tenir un discours vu et revu… bref, les raisons sont nombreuses.

Alors pourquoi reprendre mon clavier aujourd’hui ? Je pense que l’année que nous venons de passer y est pour quelque chose. L’année blanche au niveau des courses, la bataille pour garder la motivation, l’absence de nouvelles rencontres, le brouillard en terme de perspectives… A l’heure où j’écris ces lignes, je ne travaille plus depuis le 28 septembre. Sous perfusion économique depuis ce jour. Et ce jusqu’à quand ? Personne ne peut le dire.

Aujourd’hui, j’ai besoin de changement. J’ai envie de m’impliquer dans un projet qui puisse être utile et qui ne risque pas de fermer selon le bon vouloir de certains. J’ai envie de Vérité, de partages, d’échanges, de trouvailles et si on peut se marrer un peu et rêver beaucoup ça serait quand même vachement bien.

De ce fait, je vais légèrement réorienter la ligne éditoriale de ce blog. Je vais continuer à partager sur le sport, mais je vais aussi davantage développer mes articles dans les domaines du green lifestyle, de l’écologie, de l’alimentation responsable… bref, toutes les découvertes et expériences qui contribuent à m’enrichir au quotidien et qui m’aident à m’améliorer. J’espère que cela vous plaira et que cela pourra vous aider.

Pour ce premier article de l’année et je suis sûre que beaucoup d’autres suivront, je souhaite avant tout vous présenter mes meilleurs vœux pour cette année 2021. Oui, même si on est en Mars. 

L’année 2020 a été éprouvante pour tout le monde, je crois. Et on a tous envie de tourner une page. Et ce, même si cette dernière a du mal à tourner en ce début de 2021. 

2020 avait pourtant bien commencé avec son lot habituel de bonnes choses. Chacun avait en tête ses futurs projets, de voyages, de carrière, familiaux, sportifs… Mais surtout, comme chaque année, nous étions tous habités de cette même rage, cette même niak, cette même volonté de faire mieux, de s’améliorer par rapport aux années précédentes.

Je me souviens m’être dit : « 2020 : c’est mon année ». 12 mois plus tard, difficile de ne pas doucement rire sous cap. Rire jaune, j’entends. Parce qu’en un an, notre vie, elle a bien changé. Au sortir de l’hiver : Boum ! Premier confinement de mars. Une bombe. A laquelle personne ne s’attendait. Pour ma part, je me suis pris ça un peu comme un couperet. Du jour au lendemain : Plus de de contact, plus de travail, plus de loisirs. Clair et net. Malgré ce choc, je n’ai pas « mal » vécu ce premier confinement. Je ne me prends pas pour quelqu’un que je ne suis pas. J’ai bien conscience d’être une privilégiée lorsqu’on voit les tragédies engendrées par le premier confinement. J’en paye aussi les conséquences mais je ne suis pas en première ligne.

Je vis dans le sud de la France avec mes parents, mes chiens et mon chat. Et même si la cohabitation est parfois difficile, le soleil est souvent au rendez-vous et surtout, j’ai la chance d’ avoir un jardin. J’ai donc pu sortir tous les jours dehors, m’oxygéner, jardiner, marcher, jouer avec mes chiens et même faire du sport à l’extérieur.

Non, je n’ai pas mal vécu ce premier confinement. Parce que c’était inédit. Parce qu’on était au début du printemps, parce qu’il faisait beau, qu’on se disait que ça ne durerait pas longtemps. Je me suis retrouvée avec un papier, un crayon et j’ai enfin pu ralentir, prendre le temps. Le temps de me poser des questions. Qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on fait de notre vie ? Qu’est-ce qu’on fait des autres ? De nos parents, de nos grands-parents, de nos amis, de l’inconnu qui prend le bus à 7h10, de nos enfants… ? Qu’est-ce qu’on fait de notre planète ? Qu’est-ce qui est utile et inutile ?

J’ai pris le temps de savoir ce que je voulais vraiment, de voir dans quelle direction je voulais orienter ma vie. J’ai aussi pris conscience de ce qui avait vraiment de l’importance. Ça m’a fait du bien de me retrouver au calme. Ensuite, il y a eu le déconfinement. Les joies de l’été. Les salles de sport ont réouvert leurs portes. On a réappris à vivre. Avec des protocoles stricts, contraignants. Mais « c’était pour nous protéger » qu’ils disaient, alors on s’est exécutés. J’ai pu retourner travailler. On a pu aller à la plage, nager, courir, parcourir. Retrouver nos proches. Reprendre un peu d’air. Vivre… presque comme avant.

On l’a eu notre petite bouffée d’oxygène. Et ce, malgré le discours empreint de peur propagé par les médias et le gouvernement qui ne cesse de s’empêtrer dans ses mensonges et ses justifications tarabiscotés. Mais le temps de l’innocence est révolu. En septembre, nous avons été reconfinés. Mais un confinement différent de celui de mars. Les salles de sports, les restaurateurs et les institutions de la culture ont fermés à nouveau. Et là ça n’a pas été la même chanson que pour le premier. Une grogne gagne la population. J’ai une pensée pour tous ces jeunes, qui ne croient plus en rien, qui vont s’assoir au lycée/collège en se demandant ce qu’ils vont bien pouvoir faire de leur vie. J’ai une pensée pour tous ces gens qui mettent la clé sous la porte et pour ceux qui ne se payent pas depuis des mois. J’ai une pensée pour toutes les personnes âgées dans les Ehpad. J’ai une pensée pour tous ceux qui sont seuls, qui ont perdu un/des proche(s).J’ai une pensée pour tous les animaux qui souffrent et qui meurent à cause de nous, j’ai une pensée pour la planète… J’ai une pensée pour tout ceux et toutes celles, dont le sort est pire que le mien.

 

Nous sommes en 2021. Il est temps de vous souhaiter une bonne année, une bonne santé, amour, argent, bonheur…pleins de bonnes choses pour cette année à venir… comme tous les ans. Ces mots qu’on dit un peu machinalement et que certains envoient par messages groupés.

Mais nous ne sommes plus dans le monde d’avant. Un changement de chiffre ne nous ramènera pas en 2019 . Tout ce que nous pouvons faire, c’est avancer, continuer, et tirer des leçons de ces temps obscures et difficiles. Se renforcer, tenir bon, jusqu’à ce que tout cela soit derrière nous, lorsque nous serons dans le monde de demain.

Ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année, c’est de prendre soin de vous, de vos proches, de vos animaux. Arrêtez de donner votre Confiance à tord et à travers. Sortez de votre flemme. Prenez le temps de vous éduquer, de vous renseigner. Décryptez les étiquettes des produits que vous consommez. Ayez conscience des conséquences de vos actes.

Cette année, je vous souhaite de développer votre Immunité. Faites du sport, allez vous oxygéner dès que possible, mangez correctement et réduisez les médicaments non essentiels. Actuellement, il n’est pas bon d’avoir une Santé fragile.

Cette année, je vous souhaite de merveilleuses rencontres, du chamboulement, des souvenirs et des bons moments.

Je vous souhaite de l’Amour. Pour vos proches, pour vos collègues de travail, pour le quidam qui traverse la rue, pour le cycliste qui vous a doublé par la droite, pour la vieille dame qui vous a fait un sourire… mais aussi pour vous, pour votre environnement, notre planète.

Je vous souhaite énormément de beaux projets et j’espère qu’ils se réaliseront au cours de cette année 2021 ou des suivantes.

Je vous souhaite de rêver, de vous projeter, de construire, de rire, de chanter. Trouvez de la Joie et du Bonheur dans chaque petite choses et soyez reconnaissant pour cela. Parce que comme dit ce vieil Albus Dumbledore :    » Mais vous savez, on peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière. « 

 

Enfin cette année, je nous souhaite à tous de sortir de ce « merdier » et que justice soit faite.

Prenez soin de vous !

Célia Lipinska